Delcroix logways

Mini Transat – J-1 – Retour sur la vie et la préparation de Gwénolé à Sada

Si les conditions météos ne s’aggravent pas, le départ de la mini transat serait donc toujours donné demain, mardi 12 novembre à 15 h dans la baie de Sada en Espagne !

Gwénolé vient de passer 10 jours à Sada, mais reste concentré sur sa course, sur sa mini transat en prototype !

Il reprend depuis le début et écrit le premier chapitre de sa belle aventure, notre belle aventure …

Entre reports de course, obligation de faire escale en Espagne, neutralisation de la course, annulation de l’étape, convoyages, changement de parcours, si vous aviez raté un épisode, Gwénolé vous explique tout en moins de 5 min et en images !

Contenu texte de la vidéo :

Bienvenue à Sada ! En Espagne !!

Rappelons-le, au départ, la mini transat était censée partir le 13 octobre de Douarnenez pour aller en Guadeloupe, en passant par les canaries ! Mais à cause d’une météo très compliquée, nous sommes finalement partis que le mardi 29 octobre ! Dès le premier jour de course, les précisions météos s’aggravent et la direction de course nous demande de faire escale obligatoire en Espagne. On était 5 bateaux en tête de flotte bien 15 milles devant les autres ; nous avons donc rejoint le port de Sada. Tous les autres ont eu comme indication de partir à Gijon,  plus à l’est de l’Espagne. L’étape a été annulée !

C’est une région assez jolie mais en revanche, la météo n’est pas avec nous : il pleut vraiment tout le temps. La vie ici est sympa car nous nous sommes mis en colocation avec les autres coureurs protos.  On a fait un petit clip video : « orgaoutai ». On voulait prendre en dérision, avec humour la situation actuelle assez pesante …

On profite du temps qu’on a pour finir de préparer nos bateaux. J’ai découvert que j’avais un souci sur une piece métalique à l’avant du bateau ; j’ai dû la démonter, la réparer avec un soudeur et la remonter ! Je n’ai pas encore fini de bricoler. On trouve toujours quelque chose à faire sur ces petits bateaux de course ! Surtout quand on travaille tout seul… ca prend forcément plus de temps !

 Il faut préparer les bateaux pour une très longue étape puisque la direction de course a dernièrement pris la décision que nous ne ferions pas escale à Lanzarote ; nous allons donc faire Sada – Pointe à Pitre en une seule étape !

Il va falloir charger plus de nourriture, plus d’eau et plus de matériel aussi ! Tout l’avitaillement  et le matériel pour la seconde étape nous attendaient à Lanzarote… donc il faut maintenant réussir à le rapatrier à Sada. Il y a notamment le métanol ; on est beaucoup de bateaux à en avoir besoin pour faire tourner nos piles à combustibles pour avoir de l ‘énergie à bord.  Nous partons pour 3 semaines ; nous ne pouvons rien négliger! 

Pour que le départ soit donné, les 75 bateaux qui étaient à l’abri à Gijon doivent convoyer leur bateau à Sada. Ils ont mis du temps à partir car nous sommes dans une région exposée aux coups de vents, comme le cap Ortegal qui est un passage compliqué, avec du vent qui accélère. L’idée, c’est pour eux de ne pas casser leur bateau, ne pas abimer leurs voiles… et ne pas trop se fatiguer non plus … car une fois arrivés à Sada, ils repartent pour leur transat, et cette fois-ci, sans aucune escale !

Comme la première étape a été annulée, c’est comme si la course n’avait pas commencé et certains skippers qui avaient abandonnés peuvent revenir en course. Plusieurs skippers comme Stan Maslard ont donc fait le chemin  par la route avec leur bateau en remorque.

C’est ca aussi l’esprit mini ; on a tous passés des années à préparer nos projets donc ce serait dommage de laisser des copains à terre !

Faire la mini transat en une seule étape est une solution intéressante car nous allons passer beaucoup de temps en mer, environ 3 semaines ! Le gros changement concerne surtout la météo car les prévisions avant le départ ne sont valables qu’une semaines. Pour les deux semaines suivantes il faudra bien écouter les bulletins radio BLU, observer le ciel et le baromètre.

Ca va être mentalement compliqué de gérer cette situation car je ne serais jamais certain d’être sur la bonne trajectoire et en plus je ne saurais pas où sont mes concurrents !!

Pour préparer cela, j’ai eu toute l’année des formations météos avec  Jean-Yves bernot qui nous a expliqué les grands scenarios météo classiques. J’ai également un partenaire technique : Great Circle. Ce sont des météorologues qui étudient différents modèles de prévision ;  ils arrivent à me donner des indications sur ce qui va se dérouler. Ils ont aussi un logiciel pour prendre des prévisions météos qui s’appelle SQUID ; il est très pratique et utilisable par tous ! Travailler tous ces éléments en amont du départ m’aide à  prendre des décisions stratégiques, des options de route, quand je suis en mer.

 

 

Publicités

Un commentaire

  1. Damien meurisse

    Bonne route à guenole on suit son aventure et lui souhaite de bien profiter de ses moments en mer éprouvants mais magique
    Une pensée pour arthur et un coup de chapeau pour son sang froid qui lui à permis de sauver sa peau
    deux grands marins que vous avez recruté dans cette aventure

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s