Delcroix logways

Le mot du président

GhislainL’édition de la mini-transat 2013 n’est pas prête de tomber dans les oubliettes tant elle aura été éprouvante pour les skippers et leurs bateaux et notamment pour Arthur et Gwénolé qui ont connu des infortunes.

 >  Sentiments premiers face à ces accidents de mer : 

« Pour Arthur, nous l’avons appris le soir du premier jour de course. Cela faisait 15 jours que la course était reportée ; on sentait que ces reports à répétition avait déjà bien touché le moral et le mental des skippers ! Ils sont finalement partis dans une mer très forte avec beaucoup de pression pour passer vite le Cap Finisterre. Nous étions tous vraiment très tristes mais soulagés qu’il soit sain et sauf car il s’en est fallu de peu. La chaine de solidarité s’est très vite mise en place chez nous et tout le monde a souhaité soutenir Arthur et l’accompagner dans cette épreuve. J’étais heureux qu’on ait pu récupérer son bateau d’autant plus qu’il l’avait conçu et construit de ses mains.

 Dans le cas de Gwénolé, nous savions à quel point la première traversée avait été dure et nous savions que les bateaux avaient déjà bien dégusté. Quand ils sont partis, il y avait du gros temps et le vent a soufflé beaucoup plus fort que prévu. En marin avisé, Gwéno jouait la prudence jusqu’aux Canaries, au largue dans une mer toujours très formée, une « piste noire » selon ses mots. Nous avons croisé les doigts pour la première nuit ! Beaucoup ont eu des avaries mais tout allait bien pour Gwéno… Et puis il y a eu la seconde nuit, foutue quille qui n’a pas résistée. C’est la famille de Gwénolé qui m’a appelé vers 6 heures du matin ; à cette heure-là, ça ne pouvait être une bonne nouvelle. Ça m’a beaucoup ému.

 Nous étions tous à nouveau tristes et heureux qu’il aille bien… ce sont des projets qu’ils préparent depuis des mois, des années. Nous supportons leur projet depuis cette année et nous savons à quel point leur engagement est important.

Je les imaginais dans cette mer démontée, devoir choisir d’abandonner leur bateau sur lequel ils se sont tant investis pour sauver leur vie ; quel choix cruel ! 

> Les Défis, ce n’est pas seulement « traverser » l’atlantique :

 Nous nous sommes engagés avec Arthur et Gwénolé dans leur projet de mini transat et ils ont dû abandonner leur bateau pour sauver leur vie. Il n’y a plus de course, c’est vrai, plus de classement et plus d’arrivée en Guadeloupe et pourtant … ils sont en vie et il y aura un « après » pour ces marins.

Cette mini transat est à l’image de la vie de l’entreprise. Il y a des coups durs et des moments magnifiques. Les difficultés nous font réfléchir, nous font avancer et nous rendent plus forts. Il y a quelque chose d’imperceptible qui nous pousse à les surmonter.

 Maintenant, les Défis ne s’arrêtent pas là et j’aimerais que nous puissions partager ces moments forts avec Arthur, Gwénolé et les associations qu’ils supportent au cours d’une rencontre à laquelle viendront ceux qui ont envie de conclure ces premiers défis de belle façon.

Alors, vous en êtes ?… »

Publicités

Un commentaire

  1. Ping : Le récit de Gwénolé Gahinet sur son sauvetage au large des côtes portugaises | Delcroix logways

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s